« Jouir sans entrave » était la promesse des années 70, au siècle dernier…

Aujourd’hui, les entraves sont devenues plus minces, plus lâches, et la pulsion vit sa vie, débridée. Pour autant, la satisfaction n’est pas au rendez-vous car c’est toujours trop ou pas assez.

Il y a discordance entre le sujet et sa satisfaction, entre l’être et les pulsions qu’il héberge, entre le corps et la jouissance qui l’anime…

A partir de l’élaboration freudienne à propos des pulsions et à l’appui du séminaire 11 de Lacan, nous tenterons de saisir la logique qui prévaut dans cette affaire, et peut-être rencontrerons-nous, dans cette tentative, une satisfaction que nous n’attendions pas !

<code>

</code>