Avec la participation de Christophe Desjardins, altiste-concertiste – « Luciano Berio, Sequenza VI pour alto »;

et les interventions de :

Annick Boucheny, psychologue, musicienne, membre de l’ACF Aquitania – « The rest is noise » et de
Marie Faucher, musicienne, doctorante au Département de psychanalyse de Paris8 – « Au bord du son, au bord du corps »

Pour LACAN, la voix est comme chacun sait, un des objets pulsionnels.
Elle est aussi objet de jouissance. Tous les mélomanes, et tous les chanteurs le savent.
La voix est « tout ce qui du signifiant, ne concourt pas à l’effet de signification » dira Jacques Alain Miller.

Ainsi, ce phénomène de ‘disparition’ de la voix derrière la signification dont elle est la plupart du temps le support, peut paraître étrange, voire peut surprendre.
Il est pourtant d’expérience quotidienne, lorsqu’un inconnu nous adresse pour la première fois la parole, d’être l’espace d’un instant ‘saisi par sa voix, la particularité de son accent, son timbre, son phrasé, et tout ceci bien avant de nous attacher au sens de ses paroles.
La question se pose alors (et ceci n’est pas sans résonner avec la pratique de la psychanalyse).
Qu’est- ce qui prime dès lors, de la voix, du son, du sens ?
Immense question qui intéresse et intéressera toujours les compositeurs, mais aussi bien les interprètes, et aussi les auditeurs.
Quelques exemples pris chez les musiciens (de Richard WAGNER à John CAGE, ainsi que le chapitre XVIII du séminaire X L’Angoisse, tenteront d’illustrer mon propos.

Annick BOUCHENY

« Le corps c’est du son. La musique c’est du corps. Ces deux affirmations invitent à nous interroger sur la singularité de la musique composée aujourd’hui : son insistance à tenter de dévoiler le réel de l’objet. Car il nous semble en effet que sa particularité réside dans le fait qu’elle tend, plus qu’aucune autre musique, à nous donner à entendre le réel du corps.
Elle n’est donc pas purement intellectuelle, détachée de la chair, comme on veut bien le penser communément, elle se fait au contraire la voix du corps réel. A ce titre elle nous enseigne sur notre époque et sur le sujet de l’inconscient au XXIème siècle. »

Marie FAUCHER

Samedi 17 juin 2017 à 11h.

Amphithéâtre Maubec
IFSI de l’Hôpital Saint Louis
rue du Dr Albert Schweitzer
17000 La Rochelle