Mardi 9 janvier à 20h30, 26 Rue du Hâ à Bordeaux.

« LES PERVERS DEVANT LES TRIBUNAUX »

Le marquis de Sade (1740-1814) a passé une partie de sa vie en prison, une partie à l’asile d’aliénés. Mais qui était-il et quel est l’intérêt de son oeuvre ? Pour l’avoir publié, en 1956, l’éditeur Jean-Jacques Pauvert est mis en procès et finalement acquitté.

Au delà de la pornographie, Sade développe une philosophie où il pose le mal comme originaire selon les lois de la nature, le crime comme nécessaire. Jacques Lacan y fait référence à plusieurs reprises au cours de son enseignement afin d’éclairer la question de l’éthique et du réel de la jouissance en psychanalyse, hors de toute référence à la moralité.

Lors de la précédente soirée, nous avons entendu deux experts psychologues. Ce 9 janvier, nous discuterons de la défense, de l’accusation et du jugement de sujets délinquants ou criminels considérés comme pervers. Une avocate et une magistrate ont accepté de converser avec nous à partir de leurs expériences, de vignettes cliniques.

Nous accueillerons pour cette table ronde :
Isabelle Desmoulins, avocate au civil et au pénal, membre du CRIC, avocate des mineurs ;
Anita Benedicto, magistrat honoraire, psychologue, psychanalyste, et participante de l’atelier ;
Maître Benoît Ducos-Ader, spécialisé dans le droit pénal nous fait la joie de se joindre à nous pour partager sa très grande expérience des assises.

Danièle Laufer, membre de l’ECF, responsable de l’atelier introduira la soirée, abordant ce qu’enseigne l’oeuvre de Sade à la psychanalyse.

Nous vous attendons nombreux pour cette soirée, où nous serons au coeur de l’articulation entre psychanalyse et justice, pour avancer sur ce qu’est la perversion.

Inscription libre par simple demande mail à danielelaufer@gmail.com