Samedi 3 mars de 10h à 13h.

Salle Henri Sellier
rue Gabriel Bès à Cenon

Désordres de l’intime et douleurs d’existence : les réponses du CPCT.

L’existence peut être ressentie comme difficile, pénible, douloureuse par certains sujets, exigeant de leur part des aménagements coûteux. Et il arrive même que des sujets se plaignent de ne pas se sentir exister. Les causes en sont multiples, mais relèvent d’un désordre « au joint le plus intime du sentiment de la vie ». Qu’est-ce qui peut donner le sentiment de la vie ? Suffit-il d’avoir un corps pour l’éprouver ?  Il est nécessaire que la parole se soit nouée au corps afin de le rendre vivant, et que quelque chose s’y sente.

Accueillis au CPCT, des sujets dont le sentiment d’existence est précaire peuvent trouver des solutions qui les allègent d’une pulsion mortifère et les orientent vers des modes de vie moins dispendieux. Nous discuterons, à propos des cas présentés lors de cette matinée, des interventions faites pendant le traitement et de leurs effets.

Danièle Lacadée-Labro