Jeudi 22 mars à 21h.

26, rue du Hâ à Bordeaux.

La parole en médecine.

En 1966 dans une conférence-débat adressée  aux médecins, Lacan nous dit : « C’est dans le registre du mode de réponse à la demande du malade qu’est la chance de survie de la position proprement médicale. »

Le capitalisme galope et infiltre le cœur même de nos pratiques de soins : rentabilité, efficacité, rapidité, technicité. La cadence à tenir réduit comme une peau de chagrin le temps de parole, la place pour la confidence, le silence précieux à l’instauration de l’intimité. Sans le temps nécessaire à l’établissement d’une relation de confiance apparaissent tension, angoisse, parfois agressivité.

Araceli Teixido nous dira quel rôle peut jouer la psychanalyse pour restituer la place de la parole en médecine et pour tenter de retrouver l’orientation du transfert. Carolina Tarrida nous évoquera plus précisément l’importance de la dimension transférentielle dans l’acte clinique qui consiste à adresser un patient à un collègue.

L’atelier médecine & psychanalyse a le plaisir de recevoir nos collègues : Araceli Teixido et Carolina Tarrida, psychanalytes, membres de l’ELP et de l’AMP, qui coordonnent un réseau médecine et psychanalyse en Espagne, le Red Psicoanálisis y Medicina, ainsi qu’un atelier médecine et psychanalyse à Barcelone.

Conversation animée par Catherine Lacaze-Paule, psychanalyste, membre de l’ECF et de l’AMP.

Soirée ouverte à tous

Renseignements et inscriptions : Guillaume Roy guilroy@gmail.com ou Marie Tabarin marietabarin64@outlook.fr