Cette année nous allons travailler avec nos collègues de Paris/Île de France, et de Martigny (Suisse) sur « La Liberté ». Ce thème universel sera déplié différemment en

fonction des recherches propres à chaque atelier.

La liberté est une donnée essentielle à la pratique de la psy- chanalyse, à l’exercice de la justice.

Ce qui nous réunit, nous pousse au travail, c’est la question du Passage à l’acte. Celui, celle qui transgresse l’interdit, est- il un homme, est-elle une femme libre ? Devenu criminel, s’est-il libéré d’une angoisse psychotique, d’un agresseur, de l’impasse réelle dans laquelle il se trouvait ? Est-il un sauveur qui libère le monde des autres, des étrangers, de ceux qui sont différents ? Ces crimes relèvent-il de l’art, d’actes gratuits, du sang froid des auteurs, ou bien plutôt ne sont-ils pas prisonniers d’une jouissance à eux-mêmes ignorée ?

Au XIXème siècle, les médecins aliénistes s’interrogeaient sur la part de libre arbitre du sujet, sur ses capacités de dis- cernement. Aujourd’hui, au-delà de toute clinique, ce qui s’impose à tous, c’est le signifiant « dangerosité ». La condamnation est certaine et la peine privative de liberté s’impose. L’enfermement n’est pourtant plus l’unique réponse.

Comme les quatre années précédentes, nous partirons des vignettes cliniques, des lectures théoriques proposées par les participants pour débattre de la question essentielle soulevée par le thème de l’année. Comment traiter folie et passage à l’acte ?

Nos invités viendront enrichir le débat.

Six séances, le jeudi soir, pour prendre la liberté de recher- cher ce qu’est le passage à l’acte, et comment un sujet s’affran- chit du lien aux autres, quitte à y perdre sa liberté.

1) Nous nous retrouverons le 17 octobre et vous présenterons le thème de l’année, ainsi que le déroulé des cinq séances suivantes.

Bernard Lamothe, Danièle Laufer, responsables de l’atelier nous introduiront au thème de l’année

« Le Passage à l’acte : Liberté, libération, contrainte de jouissance ?»

Lors de cette soirée Bernard Lamothe, Danièle Laufer, responsables de l’atelier vous présenterons le thème de l’année, ainsi que le déroulé des cinq séances suivantes.

 

Bernard Lamothe interviendra sous le titre :

L’apport freudien, les soubassements inconscients  de l’acte.

Danièle Laufer  interviendra sous le titre : 

La liberté, une folie d’y croire ?

« Et l’être de l’homme, non seulement ne peut être compris sans la folie, mais il ne serait pas l’être de l’homme s’il ne portait en lui la folie comme la limite de sa liberté ».

Nous vous attendons nombreux pour cette première soirée sur ce thème vaste que nous chercherons à préciser.

Inscription de cinq euros, (non membres de l’ACF-Aquitania), trois euros pour les étudiants. Renseignements à danielelaufer@gmail.com

2) Le 5 décembre, notre réflexion portera sur la « liberté ». Ce saut dans le vide qu’est le passage à l’acte, ce dire que non à l’Autre est-il un acte de liberté ? Ou témoigne-t-il de l’aliéna- tion à l’Autre dont le sujet ne peut s’affranchir qu’en s’en sépa- rant dans le réel ? Que signifie la capacité de discernement ?

3) Le 6 février, nous reviendrons sur ce signifiant « libération »

4) Le 9 avril, les alternatives à l’enfermement

5) Le 28 mai, folie, liberté et passage à l’acte ?

6) Le vendredi 19 juin, nous laisserons carte blanche à notre invité pour notre soirée de clôture, ouverte à tous.