Vendredi 7 décembre à 21h15

26, rue du Hâ à Bordeaux.

La rareté clinique et ses difficultés dans la pratique d’un psychanalyste

Anaëlle Lebovits-Quenehen, psychanalyste, membre de l’ECF et de l’AMP, | « Mme B. au centre des familles ».
Philippe La Sagna, psychanalyste, membre de l’ECF et de l’AM,  | « Jeanne et le problème des extrémités ».

Soirée animée par Michèle Elbaz et Danièle Lacadée-Labro, psychanalystes, membres de l’ECF et de l’AMP.

Il est des cas rares, faisant valoir une nouvelle clinique, et auxquels le psychanalyste a toujours à ajuster sa pratique.

Au cours de chaque soirée deux psychanalystes membres de l’École de la Cause freudienne seront invités à témoigner de leur pratique en nous présentant un cas : ils nous enseigneront à partir de ce qui les a conduit à inventer une réponse qui tienne compte de l’inédit rencontré, qui n’abrase pas les solutions symptomatiques, ou qui favorise d’autres inventions si nécessaire.

La clinique de notre modernité implique plus que jamais d’« élever le cas à la dignité du paradigme » nous disait S. Cottet, (Clôture de la Conversation de l’Antenne Clinique de Rouen le 8 juin 2012).