23 novembre 2019, 15h | Librairie Mollat – Station Ausone Rue de la Vieille Tour à Bordeaux

Virginie Leblanc psychanalyste, membre de L’ECF et de l’AMP, agrégée de lettres, nous propose une troisième conférence qui fait suite aux deux précédentes dispensées en 2018. Sur le thème L’écriture du réel, à la lettre, Virginie Leblanc évoquera tout particulièrement deux auteures contemporaines : Virginie Despentes et Annie Ernaux.

« L’écriture du réel, à la lettre » : Virginie Leblanc

« Sensible », « intimiste », « pleine d’émotion » et vibrant de la « vie intérieure »… quels stéréotypes ne surgissent pas encore à l’évocation d’une soi-disant « écriture féminine » ! Est-il d’ailleurs encore possible, après des années de combat féministe, à l’heure où les études de genre ont prouvé à quel point le sexe de naissance ne déterminait pas le genre dans lequel on s’inscrivait, de parler d’une spécificité de la féminité ?

Aussi s’agira-t-il, fidèles en cela à la façon dont Lacan a orienté l’abord des femmes, une par une, d’écouter, et lire, celles qui donnent à voir et entendre ce qui pour elles s’éprouve, au plus intime de leur être. Deux d’entre elles nous guideront : Quand la voix de l’une semble jaillir de ses textes, l’autre a choisi l’écriture la plus neutre pour demeurer fidèle à son milieu d’origine. Entre Virginie Despentes et Annie Ernaux, se tissent pourtant, au-delà de leur engagement envers ceux que l’on n’entend jamais, bien des fils qui relient l’éprouvé de leur corps de femme à l’époque qu’elles traversent tout en en dévoilant finement les rouages.

Animée par Philippe Lacadée et Martine Versel