LE SEMINAIRE DES ECHANGES

Le séminaire des échanges de Bordeaux 2016 accueille Camilo Ramirez, Psychanalyste à Paris, membre de l’ECF et de l’AMP pour une série de conférences sur le thème :

Haine et pulsion de mort au XXIème siècle : ce que la psychanalyse en dit

Les samedis 26 mars, 21 mai et 24 septembre 2016 à 15h

à la Librairie Mollat, 15 rue Vital-Carles à Bordeaux

“Ces deux termes omniprésents dans notre actualité, font partie du corps conceptuel de la psychanalyse depuis que Freud a tiré les conséquences de ce que la Grande Guerre est venue dénuder quant à un réel féroce, inhérent au devenir tragique des collectivités humaines. Ce réel Freud le situe au coeur même du malaise inéluctable dans la civilisation, quelle qu’elle soit. L’insistance des passions de l’âme les plus opaques et la satisfaction de pulsions allant à l’encontre de la vie, ne s’est pourtant pas limité aux champs de bataille, elle est apparue de façon de plus en plus patente dans les cures qu’il menait, sous la forme d’une coriace tendance chez les sujets parlants à réitérer la souffrance, dans une zone qu’il a appelée l’au-delà du principe du plaisir. Aujourd’hui des nouvelles manifestations de la haine et de la pulsion de mort, nourries par la certitude de la croyance, reconfigurent avec une virulence inédite le cours du monde. Nous verrons ce que l’orientation lacanienne permet de cerner quant à l’appréhension de ce réel avec lequel nous devrons traverser ce nouveau siècle.”
Camilo Ramirez

Haine et pulsion de mort : logiques d’une alliance du XXème au XXIème siècle

“Dans le paysage du siècle précèdent, labouré par les progrès inouïs de la science, délesté des moustaches hitlériennes et des sourcils staliniens, où les pères déclinent tandis que les femmes se libèrent et partent à l’assaut du monde, dans ce paysage qui laisse derrière lui les ensembles sûrs du symbolique avec ses franches frontières pour s’aventurer dans les vertiges du pas-tout, et bien, à l’encontre des Lumières et des espoirs misés sur ces assouplissements de civilisation gagnés par de rudes batailles entre les mœurs et la raison, disons-le, haine et pulsion de mort ne connaissent nul allègement, aucun répit.

Le passage vers notre siècle comporte-t-il des manifestations de l’alliance haine-pulsion de mort qui s’inscriraient dans une logique autre que celle du XXème siècle ? L’une de nos boussoles pour y répondre sera cette ponctuation d’Eric Laurent[i] à propos des anticipations de Lacan : « La sortie de la civilisation patriarcale lui paraissait alors acquise. L’époque post-68 bruissait encore de propos sur la fin du pouvoir des pères et l’avènement d’une société des frères, accompagnée de l’hédonisme heureux d’une nouvelle religion du corps. Lacan gâche un peu la fête en ajoutant une conséquence qui passait alors inaperçue » : « Quand nous revenons à la racine du corps, si nous revalorisons le mot de frère, […] sachez que ce qui monte, qu’on n’a pas encore vu jusqu’à ses dernières conséquences, et qui, lui, s’enracine dans le corps, dans la fraternité du corps, c’est le racisme »[ii].”
Camilo Ramirez

[i] Laurent, E., Le racisme 2.0, Lacan Quotidien N° 371, 25 janvier 2014.

[ii] Lacan J., Le Séminaire, Livre XIX , … ou pire, Paris, Seuil, 2011, p. 236.


« L’amour de la mort »

“Pour cette troisième et dernière conférence nous allons nous pencher d’avantage sur notre actualité, celle qui hélas, s’enrichit des nouveaux faits terribles d’une radicalité si contondante qu’elle nous terrasse, nous laisse sans mots et tente de nous réduire à des témoins impuissants remplis d’effroi, de nous figer face au spectacle des corps meurtris, tel la femme de Lot dans l’ancien testament, se transformant en statue de sel après s’être retournée pour voir les villes de la perdition se consommer sous ce déluge de feu qu’est la colère de Yahvé châtiant sans merci les pécheurs.
C’est cet aspect massif, impitoyable, qui ne s’embarrasse de rien pour frapper des citoyens, toutes origines et croyances confondues, qui nous force à tenter d’extraire, au milieu de ce centre incandescent d’horreur, quelque chose en mesure de nous éclairer, un tant soit peu, sur la logique aux commandes dans cette radicalité même.”
Camilo Ramirez, psychanalyste, membre de l’ECF et de l’AMP

Troisième séminaire des échanges de l’ACF Aquitania 2016, le samedi 24 septembre à 15h à la librairie Mollat

<code>

</code>