Le groupe Che Vuoi ? du CEREDA organise le samedi 12 décembre un après-midi de travail sous le titre :

    L’enfant et la différence sexuelle
           normes et inventions.

En ces temps où le genre tend à privilégier de nouvelles normes, quels effets cette construction sociale, écho lointain des avancées freudiennes, produit-t-elle ?

Que devient l’enfant freudien, refoulé, voire forclos par le discours de la science et de la religion ? A t-il pour autant disparu ? Ou plutôt : selon quelles lignes signifiantes, selon quels déplacements se véhiculent à présent jouissance et pulsions partielles ?

Il revient donc au clinicien de cheminer avec l’enfant à la rencontre de son absolue singularité, singularité qui se dépliera selon des variations allant, par exemple, d’un désir absolu de changement de sexe jusqu’à l’impossibilité de reconnaitre la différence sexuelle elle-même.

Lors de cet après-midi, prélude à la journée de l’Institut de l’Enfant, nous déplierons avec notre invitée Patricia Bos- quin-Caroz comment chaque enfant explore, à partir de son symptôme, les signifiants auxquels il s’accroche et les modes de jouir auxquels il tient.

Les modalités d’organisation en seront précisées dès que possible.

Renseignements : 06 34 28 62 46.
Blog Institut de l’enfant : https://institut-enfant.fr

Peut-on dire ce qu’est un garçon ou une fille ? On fait appel à des idéaux… et nous verrons que les semblants sont convoqués pour tenter de répondre à cette question impossible. Le collectif peut aussi fournir des réponses prêts-à-porter.2

Ce titre s’inscrit dans la perspective des prochaines journées de l’Institut de l’enfant qui se tiendront en 2021, thème qui va être notre axe de travail  pour les deux prochaines années ;

Comment s’inscrit la différence sexuelle ? dans l’enfance ? à l’adolescence ? Est-ce un choix d’être fille ou garçon ? 

Le sexe n’est pas « déterminé » mais « construit » : on ne naît pas Homme ou Femme, mais le devient-on ? 

Peut-on dire ce qu’est un garçon ou une fille ? Lacan pensait que c’est impossible, c’est pourquoi on fait appel à des idéaux… et que les semblants sont convoqués pour tenter d’y répondre.

L’énigme de l’être sexué se pose très tôt : Freud montre qu’il y a des « prédispositions, reconnaissables dès l’enfance », à la position féminine et à la position masculine. Et il souligne la précocité de la différenciation sexuelle. 

Freud dans son texte « L’organisation génitale infantile » montre la fonction déterminante de l’angoisse de castration et le primat du phallus pour les deux sexes : « l’avoir ou pas » ne suffit cependant pas pour inscrire la partition Homme/Femme ; Lacan montrera que les modalités de « l’être ou l’avoir » sont différentes chez le garçon et chez la fille. 

L’identification sexuelle  est instable ; nous évoquerons lors de notre seconde soirée le 17 décembre 19,  la « Crise du phallus »,  c’est à dire ce « moment de crise où se voit ébranlée l’identification phallique qui soutenait jusqu’alors l’enfant »… et le confronte aux embrouilles de la castration.

 Le sexe est l’effet d’un dire : « Les êtres parlants se repartissent et se situent par rapport au signifiant homme et au signifiant femme ». «  La sexuation se produit quand filles et garçons en passent par la subjectivation leur sexe » et « c’est sous le registre des semblants que s’élabore la différence entre les sexes à l’âge adulte ». 

Cette différence sexuelle n’est pas facile à situer, elle n’est pas « localisable » mais « logique », « il ne s’agit pas d’une différence anatomique, et Lacan dira qu’il s’agit d’une séparation des modes de jouissance : on aborde la question de la différence sexuelle  à travers la singularité des modes de jouir ». Mais qu’en est-il pendant le temps de l’enfance ? Il s’agira pour nous d’éclairer ces formules qui, isolées, paraissent un peu abruptes ! 

Nous tenterons de « nous laisser enseigner par les enfants, filles et garçons,  de ce qu’ils savent de la différence sexuelle » et nous verrons au travers des fictions qu’ils élaborent pour traiter l’angoisse et l’incertitude rencontrées devant la différence sexuelle,  comment ils peuvent s’y inscrire.

POUR TOUTE INFORMATION : adresser un mail à g.panetta@wanadoo.fr