Le groupe Che Vuoi ? du CEREDA organise le mardi 2 février 2021 une soirée de travail sous le titre :

Corps et images

En visioconférence

Être homme ou être femme ou n’être ni l’un ni l’autre, est le résultat d’un choix qui ne dépend pasforcément du corps, au sens de l’image, en témoigne la clinique actuelle et ce que l’on nomme letrouble dans le genre. Aussi cette soirée «*corps et image*», tentera à partir principalement du dernierenseignement de Lacan et de cas de notre pratique, d’interroger ce qu’il en est de la sexuation. Ellemontrera qu’elle est toujours à déchiffrer au cas par cas et qu’elle est bien le résultat d’un processus desubjectivation, au cours duquel le sujet tente de nouer ensemble corps et discours pour faire avec sonêtre sexué.

Interviendront : Marie-Agnès Macaire, Muriel Chajès et Marie Tabarin.

Inscriptions par courriel à : groupechevuoi@yahoo.fr

Renseignements : groupechevuoi@yahoo.fr / 06 34 28 62 46

Blog de l’Institut de l’Enfant*: www.institut-enfant.fr

Ce titre s’inscrit dans la perspective des prochaines journées de l’Institut de l’enfant qui se tiendront le 13 mars 2021, thème qui va être notre axe de travail  pour les deux prochaines années ;

Comment s’inscrit la différence sexuelle ? dans l’enfance ? à l’adolescence ? Est-ce un choix d’être fille ou garçon ? 

Le sexe n’est pas « déterminé » mais « construit » : on ne naît pas Homme ou Femme, mais le devient-on ? 

Peut-on dire ce qu’est un garçon ou une fille ? Lacan pensait que c’est impossible, c’est pourquoi on fait appel à des idéaux… et que les semblants sont convoqués pour tenter d’y répondre.

L’énigme de l’être sexué se pose très tôt : Freud montre qu’il y a des « prédispositions, reconnaissables dès l’enfance », à la position féminine et à la position masculine. Et il souligne la précocité de la différenciation sexuelle. 

Freud dans son texte « L’organisation génitale infantile » montre la fonction déterminante de l’angoisse de castration et le primat du phallus pour les deux sexes : « l’avoir ou pas » ne suffit cependant pas pour inscrire la partition Homme/Femme ; Lacan montrera que les modalités de « l’être ou l’avoir » sont différentes chez le garçon et chez la fille.