Comment s’orienter dans la clinique : l’entretien

À partir de l’ouvrage : « Comment s’orienter dans la clinique », UFORCA, pour l’Université populaire de Jacques Lacan, Le Champ freudien, juillet 2019.

À partir des ouvrages : « Comment s’orienter dans la clinique » et « La conversation clinique », UFORCA, pour l’université populaire de Jacques-Lacan, Le champs freudien, respectivement : juillet 2019 et 2020.

Avec la participation de Pénélope Fay, psychanalyste, membre de l’Ecole de la Cause freudienne et de l’Association Mondiale de Psychanalyse .

Soirées animées par Marie-Claude Chambres, Sébastien Guitart, membre de l’ACF en Aquitaine et Marie Ros.

Où ? Par visioconférence ! 

Quand ? Les mardis 19 janvier, 2 mars, 27 avril et 25 mai 2021

Pour vous inscrire vous pouvez renvoyer un message à ce mail : acf.aq.aMdM@gmail.com

Quelques jours avant la visioconférence vous recevrez un mail contenant les instructions pour rejoindre la réunion. Nous allons utiliser “Zoom” en version sécurisée, qu’il faudra préalablement télécharger.

Argument

Nous allons nous atteler cette année à donner une suite à l’atelier d’étude de la psychanalyse à Mont de Marsan, qui a suscité l’année dernière, tant chez des initiés que des débu- tants, l’envie de se mettre un peu plus à l’étude de S. Freud, J. Lacan et J.-A. Miller.

L’idée d’aborder la question de l’entretien provient et fait suite logique au cheminement effectué l’année dernière sur la question des psychoses au XXIème siècle, et comment se repérer et s’orienter dans la clinique. La question de l’entretien prend son ressort d’une citation qui a touché et percuté, de par son tact et son tranchant :

« Comment s’orienter dans la multiplicité des trauma- tismes, tous uniques du point de vue du sujet qui parle, dans la multiplicité des paroles dites, entendues ou devinées, tou- jours inouïes ? D’abord en prenant en compte la valeur de témoignage qu’a la parole de chaque sujet. Le sujet ne veut pas remplir un questionnaire. Il veut témoigner de ce qu’il lui est arrivé, du réel auquel il s’est cogné et il veut que son témoignage soit reconnu par l’Autre comme tel »1

Car qu’a-t-on trouvé d’autre que la parole pour faire lien social ? Encore faut-il se rendre compte de la préciosité de la parole, de ses propriétés, de ses effets. Accueillir la parole de façon à faire résonner les signifiants qui ont percuté le corps d’un sujet.

Nous essaierons d’en rendre compte.

Lors de nos soirées, une première partie sera consacrée à un exposé théorique, illustré de la présentation d’un cas clinique extrait de la littérature de l’ECF.

L’atelier est ouvert à tous ceux qui s’intéressent à la psychanalyse.

Nous sommes donc invités à l’étude avec Freud et Lacan !

1 Dewambrechies-La Sagna, C. « Les choses qui importent », in Comment s’orienter dans la clinique, UFORCA, le Champ freudien, 2018, p. 11-12

Ouvert à tous ceux qui s’intéressent à la psychanalyse.

Mont de Marsan