Samedi 23 Octobre 2021 à 11h  Invité : Bruno de Halleux

Animation : Véronique Pannetier

Conclusion de nos travaux de l’année : « Qu’est-ce qu’interpréter ? Avec Freud et Lacan » 

Questions à Bruno de Halleux 

De la part de Hélène Skawinski, Paul Gil, Véronique Pannetier, Françoise Monnier

Argument

Le sujet qui s’entête à ressasser et revenir sans cesse sur ce qui lui manque cruellement ou, au contraire, qu’il rencontre en excès, qu’il ne peut supporter, s’entend souvent dire qu’il « fait une fixette ». Atténuation de la « fixation » freudienne, trace, dans le parler de l’époque, de son élaboration, le terme épingle un point de jouissance qui est aussi point d’arrêt…

Nous explorerons cette année, avec Freud et Lacan, ce que recouvre ce syntagme, dès la théorie freudienne, comme suspens, comme infinitisation, dans la marche forcée de la vie, encadrée et conditionnée par le langage.

Nous suivrons à la trace toutes les manifestations qui gravitent autour des points de fixation : la régression, la résistance, le refus, la défense, la répétition, la pulsion, le fantasme, le symptôme, le point de capiton… mais aussi le trait unaire, l’itération, le Un, le sinthome.

Autant de modalités de ce qui insiste, ce qui ne cède pas, ce qui revient toujours à la même place, ce qui nous fait toujours trébucher, ce qui, au bout du compte, cause l’analyse, même si on ne le sait pas toujours.

En 2011, Jacques-Alain Miller se faisait écho des résonances de ce terme chez Freud et chez Lacan : « L’analyse n’est plus sous le régime finie et infinie, et se prolonge jusqu‘à ce que l’analysant soit aux prises avec la fixation, une situation sans doute inconcevable pour Freud, en tout cas inconnue par lui. L’ambition explicitement formulée de Lacan était de forcer la limite freudienne de l’analyse, tenant, de façon différenciée pour chacun, au rapport des sexes. »

C’est cette « limite » et le « forçage » proposé par Lacan, à partir de l’expérience freudienne, que nous mettrons en question cette année, avec cette idée (fixe ?) que nous poursuivons assidument : quelles traces, même ténues, trouvons-nous dans l’œuvre freudienne de l’élaboration ultérieure de Lacan ?

Le samedi à 11h, au local de l’ACF en Aquitaine, 26 rue du Hâ, 33000 Bordeaux.

Inscriptions : https://www.weezevent.com/acf-en-aquitaine-lire-freud-avec-lacan-2

Renseignements : verpannetier@wanadoo.fr ; 0673537330

PROGRAMME DE L’ANNEE

  • Samedi 13 novembre 

Animation : Paul Gil

Alain Gentès : Points de fixation et symptôme

Véronique Pannetier : Einziger zug et trait unaire