Le Cartel connexion Art-Psychanalyse vous propose cette année trois soirées autour de l’Architecture. Une fenêtre, trois regards sur la Chose.

Ce cartel tente d’approcher depuis quelques années et par plusieurs biais le ressort de la création, le lien entre l’opacité de l’objet et le réel qu’il convoque, le savoir singulier que l’artiste mobilise, et les résonances qui s’en produisent avec/pour le discours analytique.

Ici, c’est le nouage singulier du corps, du signifiant et de la pulsion qui est à l’œuvre ! 

Dans ses lectures et recherches comme dans ses échanges avec des interlocuteurs invités, le cartel met à ciel ouvert le produit de ses travaux, les questions qu’il élabore et les effets qui s’en produisent pour chacun.

Les années précédentes la connexion a porté sur les questions de l’Art brut, de l’Objet, de l’écriture, de la peinture et de l’artiste, donnant lieu à chaque fois à des restitutions publiques avec des invités, amis de la psychanalyse, qui venaient converser et nous en apprendre…

Si, comme le dit Gérard Wajcman « seuls les artistes et les psychanalystes s’occupent des objets que sont le manque et le rien », alors quid de leur mise en forme dans/par l’Architecture ? Cet art particulier, impur pourrait-on dire, avec ses contraintes et les liens qu’il tisse, que peut-il nous en dire ?  

  • Ainsi nous consacrerons la première soirée à entendre et échanger avec Francine Fort, – cofondatrice du lieu unique en Europe qu’est Arc-en-rêve (à Bordeaux), Centre d’Architecture – qui nous fera part de son cheminement dans cette invention, de cette création d’une fenêtre ouverte à l’art et la manière des architectes et de ceux qui la pensent.
  • À la seconde soirée, les produits de travail singuliers des cartellisants s’exposeront ; grâce à leurs thèmes de prédilection nous aborderons la question de l’espace et du bâti chez Heidegger, comment l’œuvre de Tadao Ando nous saisit, ce que dit de précieux Walter Benjamin, et les grottes ? etc. jusqu’à Stabitat de Lacan, qui éclaire et oriente notre travail. 
  • Enfin à la troisième soirée, clinique et technique à la fois, se posera la question de l’articulation de l’Architecture et de(s) l’Institution(s), des sujets qu’elle y accueille, des conditions de cet accueil.  

Michèle Elbaz

Les cartellisants : Michel Neycensas, Lise Roullet, Stéphane Daure, Jérôme Péhau, Jean-Nicolas Fay, Michèle Elbaz (+ 1)