Quand l’enfant trouble la famille : terriblement connectés

Le 7 juin 26 rue du Ha & en visioconférence

Les objets numériques sont devenus omniprésents dans nos vies et font désormais partie intégrante du monde dans lequel sont accueillis et grandissent les enfants et les adolescents d’aujourd’hui.  

Aussi il n’est pas rare que le rapport que chacun entretient avec ces gadgets au sein d’une famille puisse exaspérer, ou rendre l’un.e terrible voire insupportable pour les autres. Par l’adresse au psychanalyste, en cabinet ou en institution, il y a une chance que ce point où cela s’embrouille prenne valeur de symptôme. 

De nombreuses questions s’ouvrent à nous dans ce champ d’investigation passionnant et très actuel.

A quoi un sujet se connecte-t-il à travers ces objets de plus en plus sophistiqués ? Qu’est-ce qui s’y satisfait ? A quoi cela lui sert-il ? 

Quels impacts sur l’économie subjective d’une famille ? Que deviennent les connexions familiales aujourd’hui, sont-elles si terribles ?  

Nous partirons des enseignements de Freud et de Lacan en ce qu’ils nous permettent de nous orienter de la bonne façon, ainsi de ce que nous recueillons de notre clinique du moment, et des questions que vous poserez. 

Interviendront : Bruno Alivon, Violette Aymé, Estelle Planson & Barbara Veyri.

Discutants : Anaïs Adam & Michel Neycensas.

  1. Cf pour cette soirée, le chapitre 14 sur la pulsion, et le chapitre 16 sur l’aliénation/séparation du séminaire 11 de Lacan. Jacques Lacan, « Le Séminaire, livre XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse », texte établi par J.-A. Miller, Seuil, Paris, 1973, pp. 159-169 et pp. 185-195.