« Pourquoi maintenir la poésie ? Se défendre du social 

par la création d’une zone d’incandescence en deçà de laquelle, 

à l’intérieur de laquelle fleurit dans une sécurité terrible 

la fleur inouïe du “ je ”, dépouiller toute l’existence 

matérielle dans le silence et les hauts feux glacés de l’humour. ».

Césaire Aimé, « Tropiques », 1943

Zones d’incandescence

Bruno Alivon

Du dico « je suis ce que je dis », le discours woke s’avère être un catalyseur efficace, véhiculant un pousse à l’identité toujours plus fort. La vitesse avec laquelle ce discours emporte l’adhésion, oriente la libido et les révoltes d’une foule, interpelle. Il a par exemple grandement contribué à la mobilisation importante des électeurs de moins de 30 ans à l’élection présidentielle américaine de 2020 (passant de 32% à 50%). Ce dico, qui se substitue au cogito cartésien qui sous-tendait la pensée occidentale, impose un nouvel ordre moral, très présent dans le wokisme, qui traque les comportements ou paroles considérés comme déviants, et ne veut souffrir d’aucune contradiction, question ou interprétation.

La lecture de la leçon du 19 mars 1974 du séminaire de Lacan s’avère ici précieuse. Constatant l’effondrement du Nom-du-Père, Lacan introduit un nouveau concept, celui du nommé-à, qu’il a peu développé mais qui est est étonnement actuel et dont nous pouvons tenter de nous saisir aujourd’hui. En effet « être nommé-à quelque chose […] se trouve effectivement se substituer au Nom-du-père »  et se fonde sur le désir de la mère qui en fait la trace, en indique le chemin. C’est une fonction centrale qui est attribuée au nommer-à, dans le nœud borroméen qui constitue le parlêtre, et contribue à tenir ce qui « autrement reste fou ». 

Lacan trouve étrange que « le social prenne une prévalence de nœud, qui littéralement fait la trame de tant d’existences, qui détient ce pouvoir du nommé-à au point qu’après tout, s’en restitue un ordre, un ordre qui est de fer ». Quand le social occupe cette place, qu’il prend une prévalence de nœud, s’instaure dès lors, en logique, un ordre de fer. 

L’hégémonie de la causalité sociale dans l’œuvre de Judith Butler et dans le discours woke a été mise en lumière par le travail minutieux d’Éric Marty et son entretien avec Jacques-Alain Miller . Dans le nœud borroméen de Lacan, ce qui cause a un rôle primordial. C’est pourquoi cette hégémonie du social est la porte ouverte à un ordre de fer, auquel le dico participe. Tout ceci tend à ce qu’« une fois ôté le Nom-du-Père, le seul lien social qui demeurerait serait la lutte à mort universelle. »

Le nœud borroméen nous offre pourtant bien d’autres possibilités, par la logique d’un maniement de cordes, de tressages et de trames insolites et singuliers à chacun ; bien loin donc d’un agencement de fer. Il ne s’agit pas de nier que le social puisse contribuer à certains nouages singuliers ou qu’être nommé-à se vouer à telle ou telle cause soit à l’occasion une solution digne et qui compte pour un sujet. Mais il ne s’agit pas d’un prêt-à-porter pour tous. Le discours analytique permet, nous précise Lacan, de « chercher dans ce qui nous possède, dans ce par quoi nous sommes d’origine aliénés » la modalité de nouage qui nous fonde, et la façon dont, possédés par le langage, nous sommes poème, à nul autre pareil. Celui qui s’y engage pourra se rapprocher, se saisir des arêtes de sa poétique singulière, dans les marges et interstices du langage. C’est un antidote à la sclérose de la dimension du dire pour un être parlant, un assouplissant pour ce qui d’un nouage pourrait devenir barreaux, en fer, des prisons de la jouissance. 

Cette poétique qui sous-tend l’orientation lacanienne a une fonction dans la dimension du lien social. Elle n’est pas sans accointance avec le tact décidé du poète Aimé Césaire, par exemple quand il évoque l’auteur Frantz Fanon. « Il risque, dit-il, d’y avoir à son sujet un vaste malentendu. Il serait complètement faux de réduire […] Fanon à la seule dimension de la politique ou de la pratique politique, l’appel à la force, à la violence. Fanon était beaucoup plus riche que cela […], il y avait chez [lui] la dimension poétique. »

C’est une subversion de la lecture qu’en font Judith Butler et outre-Atlantique nombre de penseurs du wokisme. Ils font consister dans les travaux de Fanon ce qu’il dénonce de colonialisme et de racisme systémiques, ainsi que l’appel à la force et à la violence qui s’en profère pour accomplir une révolution contre cette présumée aliénation par la société. 

La voie d’une poétique qu’indique Aimé Césaire dans la citation en exergue n’est pas du même tonneau. Elle ne dénie pas les zones d’incandescence de l’être parlant, parfois empreintes d’un feu violent, mais les traite autrement. A partir du fourneau de lalangue et de ses équivoques, elle offre la possibilité que le fer du social et son ordre tyrannique se dissolvent, que se forge et s’épanouisse un nouage borroméen singulier pour un parlêtre, et qu’à l’occasion les hauts feux glacés de l’humour nous étonnent. 

1 Toulouse A., « Wokisme ; La France sera-t-elle contaminée », Editions du Rocher, Monaco, 2022, p. 52.

2 Ibid, p. 128. 

3 Lacan J., Le Séminaire, Livre XXI, « Les non-dupes errent » (1973-1974), leçon du 19 mars 1974, inédit.

4 Ibid.

5 Ibid. 

6 Marty É., « Le sexe des Modernes.Pensée du Neutre et théorie du genre », Seuil, collection Fiction & Cie, mars 2021. 

7 Marty É. et Miller J.-A., Entretien sur « Le sexe des Modernes », Lacan Quotidien n°927, disponible en ligne.

8 Miller J.-A., in Marty E et Miller J.-A., op. cit.

9 Ibid. 

10 Césaire A., « Aimé Césaire : la poésie, parole essentielle », Entretien réalisé par Daniel Maximin, 1982, disponible sur internet : https://cache.media.education.gouv.fr/file/Aime_Cesaire/10/7/A_Cesaire_poesie_292107.pdf

11 Cf à propos de l’humour le texte de Véronique Pannetier dans ce numéro de « J’te dis pas ».